À propos

La Disparition est une belle lettre en papier qui arrive chez vous, dans votre boîte aux lettres, tous les quinze jours. Dans l’enveloppe, vous trouverez un long récit, fictionnel ou non, qui raconte une disparition en cours dans notre monde. Mais ce n’est pas tout ! Ce texte sera accompagné d’une carte postale illustrant le récit, à renvoyer à un proche ou à garder, et d’un nota bene permettant d’approfondir le sujet.

Il se murmure qu’on vous réserve aussi des surprises !

⟶ Nous vous invitons à lire le manifeste de La Disparition.

Inscrivez-vous pour suivre notre lancement

Pour vous plonger dans l’univers de La Disparition et ne rien manquer de notre lancement, inscrivez-vous à notre newsletter.

Qui sommes-nous ?

Annabelle Perrin Cofondatrice

Annabelle est cofondatrice de La Disparition. Passée par Socialter, Le d’Oc ou encore La Croix, elle enquête aujourd’hui sur les violences sexuelles. Toujours fourrée au troisième rang des salles de ciné, elle est une obsessionnelle d’Abdellatif Kechiche et de Robert Guédiguian. Il est aussi possible de la croiser au hasard des rues car ce qu’elle préfère c’est marcher, durant des heures, avec pour seul but de mettre un pied devant l’autre. Elle aime aussi la poésie dont les recueils forment une muraille autour de son lit. Une préférence pour Gabriela Mistral et Guillaume Apollinaire. Dans une autre vie, elle a travaillé à Londres dans un cabaret.

À La Disparition, elle se charge du choix des sujets ainsi que de la relation avec les pigistes et les auteurs. C’est aussi elle qui s’occupe des réseaux sociaux et de la correspondance avec les lecteurs.

Annabelle a grandi à Valenciennes dont elle garde une passion pour la bière belge et le placek polonais. Elle est diplômée de l’école de journalisme de Toulouse.

Pour la joindre : annabelle@ladisparition.fr 
Twitter :  @annabelleprn

François de Monès Cofondateur

François est cofondateur de La Disparition. Après deux ans passés à OuestFrance, il collabore pour plusieurs médias dont Le d’Oc, En attendant Nadeau ou Revue Gibraltar. Avide de littérature, il ne répond plus au téléphone quand il relit Tendre est la nuit, Le rivage des Syrtes ou L’Heure du roi. Il aime raconter des histoires de pêcheurs aux yeux salés et d’agriculteurs aux mains terreuses.

Dans ses oreilles, toujours du rap, souvent les mots de Dinos, Dany Dan et Hugo TSR.

À La Disparition, François est chargé de la rédaction du Nota bene qui accompagne chacune des lettres, mais aussi de la relecture et de la correction des articles. Il s’occupe également de la partie administrative et financière.

François a grandi à Toulouse dont il garde l’amour du rugby et des grandes tablées. Il est diplômé d’un master en droit des entreprises et de l’école de journalisme de Toulouse.

Pour le joindre : françois@ladisparition.fr 
Twitter : @francoisdemones